Breaking News

L’UE sanctionne 8 nouvelles personnalités civiles et militaires liées aux conflits armés en RDC

Le Conseil de l’Union Européenne a décidé le jeudi 8 décembre d’ajouter huit personnes à la liste des personnes faisant l’objet de mesures restrictives en raison de la situation en République démocratique du Congo (RDC).

Les mesures restrictives existantes ont été prorogées pour une durée d’un an, indique un communiqué de l’UE. Parmi les huit personnes inscrites sur la liste figurent cinq membres de différents groupes armés (M23, ADF, CODECO, FDLR et Maï-Maï Yakutumba), ainsi qu’un membre de l’armée congolaise, Justin Bitakwira, un homme politique congolais et un homme d’affaires belge.  

La plupart d’entre eux sont responsables de commettre de graves violations des droits de l’homme et atteintes à ces droits, ainsi que d’entretenir le conflit armé en RDC. D’autres personnes ont été inscrites sur la liste pour des raisons d’incitation à la violence et d’instrumentalisation du conflit, en se livrant à l’exploitation et au commerce illicites de ressources naturelles, indique le Conseil. 

Au total, 17 personnes font désormais l’objet de mesures restrictives de l’UE, qui ont été prorogées jusqu’au 12 décembre 2023 et consistent en une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs. En outre, il est interdit aux citoyens et aux entreprises de l’UE de mettre des fonds à la disposition des personnes inscrites sur la liste.
 
Le seul homme politique présent sur cette liste est Justin Bitakwira. L’ancien ministre est sanctionné suite à ses discours publics. « Il a, de manière répétée, incité à la violence et encouragé la discrimination et l’hostilité à l’égard de la communauté Banyamulenge, ciblée et attaquée par des groupes armés », dit le conseil de l’UE.

Joseph Nganzo Olikwa Tipi est le seul membre des FARDC sur cette nouvelle liste. Il était commandant du 312e bataillon de la 31e brigade jusqu’en janvier 2022. « Les forces du 312e bataillon placées sous son commandement et sa responsabilité ont perpétré des attaques contre des civils et commis de graves violations des droits de l’homme, en particulier des viols de femmes entre juin et décembre 2021 », explique le conseil de l’UE.

Ruvugayimikore Protogène, chef des Forces démocratiques de libération du Rwanda — Forces Combattantes Abacunguzi (FDLR-FOCA), est aussi présent sur la nouvelle liste. Il dirige notamment le groupe Maccabé [anciennement connu sous le nom de Commando de recherche et d’action en profondeur (CRAP)] des FDLR-FOCA.

On trouve également parmi les sanctionnés, Meddie Nkalub. C’est un haut dirigeant des Forces démocratiques alliées (ADF). Il a été identifié comme assumant diverses responsabilités au sein des ADF, dont la communication, la propagande, le recrutement, la fabrication d’armes et le rapprochement avec l’EIIL (Daech).
Désiré Londroma Ndjukpa est aussi sanctionné. C’est un dirigeant du groupe Coopérative pour le développement du Congo-Union des révolutionnaires pour la défense du peuple congolais (groupe Codeco-URDPC). Il est identifié comme en étant le chargé de défense et coresponsable de la branche politique.

Notons que le conseil va continuer de suivre de près la situation dans le pays et pourrait envisager d’autres mesures restrictives en fonction de l’évolution de la situation.

Josué Mutanava

Partager:

Voir aussi

SÉCURITÉ DANS L’EST: LE CHEF DE L’ÉTAT A PRÉSIDÉ LA DEUXIÈME RÉUNION DE LA TASK FORCE DU HAUT COMMANDEMENT MILITAIRE

Ce lundi 09 juillet 2024 , au Palais présidentiel de Mont-ngaliema, le Chef de l’État …