Breaking News

La promulgation d’une loi contre l’homosexualité en Ouganda inquiète l’ONU, l’UE et Washington

Le président oubgandais Yoweri Museveni a annoncé lundi l’entrée en vigueur de la «loi anti-homosexualité 2023». De nombreuses ONG et pays occidentaux ont manifesté leur indignation

L’annonce de la promulgation d’une nouvelle loi prévoyant de lourdes peines pour les relations homosexuelles et la «promotion» de l’homosexualité en Ouganda suscite lundi.

Le chef de l’Etat, Yoweri Museveni, a «approuvé» le texte, qui «devient désormais la loi anti-homosexualité 2023», a annoncé la présidence.

La nouvelle a ravivé les craintes déclenchées en mars par le vote du projet de loi, qualifié alors par le chef du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), Volker Türk, de «texte discriminatoire – probablement le pire au monde en son genre». Le HCDH s’est dit lundi «consterné» de voir entrer en vigueur ce projet de loi «draconien et discriminatoire», «contraire à la Constitution et aux traités internationaux», qui ouvre la voie à «des violations systématiques des droits des personnes LGBT».

«Une attaque grave contre les droits humains»
Le président américain Joe Biden, dénonçant une «atteinte tragique» aux droits humains, étudie les conséquences de cette loi sur «tous les aspects de la coopération entre les Etats-Unis et l’Ouganda», notamment l’aide et les investissements, selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Un large soutien populaire


Un député ougandais à l’initiative du texte a affirmé lundi s’attendre à des sanctions occidentales. «Ils vont couper des aides à l’Ouganda», a déclaré Asuman Basalirwa, estimant qu’il fallait trouver de nouveaux «partenaires de développement», notamment dans le monde arabe. La présidente du Parlement, Anita Among, s’est félicitée de la promulgation du texte par Yoweri Museveni, qui qualifie lui-même l’homosexualité de «déviance».

«Nous avons tenu compte des préoccupations de notre peuple et légiféré pour protéger le caractère sacré de la famille (…) Nous sommes restés fermes pour défendre la culture, les valeurs et les aspirations de notre peuple», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La loi bénéficie d’un large soutien populaire et les réactions d’opposition ont été rares dans le pays, dirigé d’une main de fer depuis 1986 par Yoweri Museveni. L’homophobie est répandue en Ouganda, comme dans le reste de l’Afrique de l’Est. S’il n’y a pas eu de poursuites récentes pour des actes homosexuels, harcèlement et intimidations sont le quotidien des homosexuels en Ouganda, où s’est développé un christianisme évangélique véhément à l’égard du mouvement LGBT +.

Partager:

Voir aussi

BENI : le Député VAGHUMAWA dans la délégation des Elus Nationaux de la région de Beni

BENI : l'Hon Élie VAGHUMAWA dans la délégation des Elus Nationaux de la région de Beni