Breaking News

Célébration du 8 Mars : L’égalité des traitements et des avantages entre l’homme et la femme en RDC, mythe ou réalité !

En cette journée internationale du 8 mars dédiée aux droits de la Femme, la parité entre l’homme et la femme congolaise suscite encore beaucoup de questions, qui nécessitent des réponses appropriées.

De ce fait, des femmes qui se sont à cette occasion confiées à Okactu.com , disent-elles que, comme la femme a été créée par Dieu, l’objectif était de seconder l’homme, et ceux-ci se complètent, alors le traitement s’avère être équitable.

Selon les mêmes sources, c’est depuis de très longtemps années que, la femme congolaise a été sous-estimée par son concitoyen (homme) et était effacée dans la prise de décision à tout le niveau, une situation qui contraste avec la volonté de promouvoir la parité.

 » Une femme était considérée comme une bonne à produire les enfants, à cultiver le champs, à faire le ménage, privée de ses droits fondamentaux, elle ne pouvait pas ouvrir la bouche pour exprimer sa voix et elle n’était pas représentée dans toutes les grandes institutions qui gèrent le pays ». Explique une femme commerçante.

Par ailleurs, certaines femmes pensent que la parité veut dire égalité entre l’homme et la femme et d’autres vont même jusqu’à croire qu’ils faut mesurer les hommes par des femmes. Cela est une conception erronée de la parité.

« La maman congolaise doit comprendre que la question parité suppose un équilibre de partage et des responsabilités entre les hommes et les femmes dans les institutions qui gouvernent le pays, de même qu’elle soit associée dans la prise des décisions importantes”, a exprimé une enseignante de Goma.

Il sied de souligner que la Femme congolaise est une personne comme l’homme, douée de capacité morale et intellectuelle qu’elle peut exploiter en service et les mettre aux services de la nation et de l’humanité entière.

Wivine KAVIRA

Partager:

Voir aussi

Nord Kivu: Interdiction de port d’arme en pleine ville de GOMA, cette mesure du gouverneur saluée par maître Ashuza Nabugore Aron

Une semaine seulement après la prise de cette décision intérdissant le port d’arme en feu …