Breaking News

RDC-RWANDA : le Haut-Commissariat de l’ONU souligne sur l’aspect «volontaire» du rapatriement des réfugiés

Le Haut-Commissaire adjoint du Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) en charge des opérations, Raouf Mazou a précisé jeudi 1er à Goma que les réfugiés rwandais en République démocratique du Congo et ceux de la RDC au Rwanda peuvent dorénavant exprimer librement leur désir d’être rapatriés dans leurs pays respectifs.

Ce Haut-Commissaire onusien a insisté sur l’aspect « volontaire » qui devrait caractériser le rapatriement des citoyens de deux pays voisins dont les relations sont en grand froid depuis des années. D’après Raouf Mazou, il y a à peu près 80 000 Congolais qui se trouvent au Rwanda et à peu près 200 000 Rwandais qui se trouvent actuellement au Congo, des chiffres qu’il juge, toutefois, «approximatifs».

« Dans ces chiffres, il y a ceux qui souhaitent rentrer et ceux qui ne souhaitent pas rentrer. Nous parlons du rapatriement volontaire de ceux qui manifesteront la volonté de rentrer », souligne-t-il.

En effet, Kigali et Kinshasa étaient parvenus à une entente sur cette question lors de la tripartite du 15 mai dernier à Genève. Dans la capitale suisse, les deux gouvernements avaient réaffirmé leur volonté de faire en sorte que « ceux qui veulent rentrer volontairement dans la sécurité et la dignité dans leur pays (donc les Rwandais actuellement en RDC et les Congolais actuellement au Rwanda) puissent le faire ».

Il annonce par ailleurs qu’une réunion plus technique devra se tenir dans les jours avenirs. Celle-ci évoquera les modalités de l’appui pour ceux souhaitant rentrer dans leurs milieux d’origine. La question des réfugiés est parmi les facteurs qui alimentent la crise sécuritaire entre la RDC et le Rwanda depuis des décennies, selon des analystes de la région, révèle Radio Okapi.

Politico.cd via Okactu.com

Partager:

Voir aussi

Nord Kivu: Interdiction de port d’arme en pleine ville de GOMA, cette mesure du gouverneur saluée par maître Ashuza Nabugore Aron

Une semaine seulement après la prise de cette décision intérdissant le port d’arme en feu …