Breaking News

Kinshasa: « Sachez que c’est la population qui est votre employeur », Sylvano Kasongo met en garde contre l’extorsion et les tracasseries policières

Au cours d’une parade de la police provinciale ville de Kinshasa, organisée lundi 12 juin au Stade des martyrs de la Pentecôte, le général Sylvano Kasongo, commissaire provincial de la police a évoqué la question relative à l’accroissement des embouteillages causés entre autres par les tracasseries routières, ainsi que celle relative à la lutte contre la criminalité dans la capitale congolaise.

« Ne confondez pas votre mission qui consiste en la protection des personnes et de leurs biens à celle d’extorsion », a dit le numéro un de la police de la ville province de Kinshasa à ses éléments, tout en leur rappelant que personne d’entre eux n’avait été enrôlé dans la police par force.

« Nous avons librement choisi ce travail et nous devons accomplir notre mission conformément aux lois du pays. L’autre travail que nous avons, c’est celui de défendre l’intégrité de notre pays. Surtout en ce moment où nous sommes confrontés aux groupes armés à l’Est. La police est engagée aux côtés de notre armée pour combattre l’ennemi », a dit le général Sylvano Kasongo.

Poursuivant ses propos, le numéro un de la police nationale congolaise à Kinshasa a expliqué à ses éléments qu’ils doivent se demander à tout moment, si la population se sent en sécurité quand « elle les voit dans les commissariats et postes de police disséminés dans les quartiers kinois ».

« C’est plutôt les criminels ou les inciviques qui doivent fuir parce qu’ils sont devant les forces de l’ordre. Sachez que c’est la population qui est votre employeur. C’est elle qui contribue pour que vous ayez des tenues et les autres équipements mis à votre disposition à travers les taxes et impôts. C’est la même chose pour votre solde, elle vient de la population », a-t-il martelé dans des propos rapportés par l’ACP.

Le général Sylvano Kasongo a insisté sur les bavures policières que ne cesse de dénoncer la population de Kinshasa en longueur des journées ; une pratique à laquelle, il a strictement demandé aux policiers kinois de prohiber afin de remplir convenablement leurs missions.

« Pourquoi quand on vous envoie en mission de service ou pendant les patrouilles vous extorquez les biens de la population? Pourquoi saisir les téléphones des personnes que vous êtes censés protéger ? Est ce que détenir un téléphone est une infraction ? Dans aucun centre de la police on vous apprend à voler. Mais d’où vient cette pratique? Il faut mettre fin à ce comportement », a-t-il déclaré devant les différentes unités de la police présentes au Stade des martyrs de la Pentecôte.

Par ailleurs, il a également reconnu un problème d’effectif au sein de la police nationale congolaise, tout affirmant qu’un nouveau recrutement des éléments aura lieu bientôt pour permettre à la hiérarchie policière de mettre de côté tous ceux qui ne travaillent pas selon les instructions données.

« Nous allons également permuter là où c’est possible parce que la plupart des policiers se sont familiarisés avec la population du coin où ils ont été affectés. Il y en a qui se sont même mariés. Ce qui réduit toute efficacité dans le travail », a-t-il annoncé.

Chutant dans ses propos au cours de cette causerie morale, le général Sylvano Kasongo est également revenu sur les bavures policières enregistrées lors des dernières manifestations de l’opposition principalement celle du 20 mai dernier à Kinshasa.

A cet effet, il a demandé à ses éléments de garder leur neutralité parce que la police est apolitique lors des manifestations à caractère politique.

« Ça ne sert d’arrêter les politiques et les brutaliser. Il faut donner aux gens l’occasion de vous critiquer. Ce traitement inhumain rabaisse la police et diminue votre valeur. Travaillez avec fermeté, tolérance et patience », a conclu le commandant de la police de Kinshasa.

Politico.cd via okactu.com

Partager:

Voir aussi

BENI : Un chef terroriste MTM, aux côtés de ses 4 gardes du corps Neutralisé par les FARDC

Ces Cinq Djihadistes sont tombés sur le sol Congolais la journée du vendredi 5 avril …