Breaking News

Agression dans l’Est : Félix Tshisekedi sollicite de l’UE des sanctions contre le Rwanda

Depuis Addis-Abeba où il séjourne pour le sommet de l’Union Africaine, le Président de la République Félix Tshisekedi s’est entretenu, dimanche 19 février, avec le président du Conseil européen, Charles Michel.

D’après le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, les échanges entre le Chef de l’État congolais et le représentant du Conseil européen ont porté sur les sanctions que sollicite la République démocratique du Congo contre le Rwanda à la suite de son agression de la partie est du pays.

Le porte-parole du gouvernement indique surtout que les propos de Félix Tshisekedi à Charles Michel ont consisté à démanteler toutes les fausses déclarations du Rwanda, notamment sur un quelconque génocide qui se tramerait.

« Déconstruire les discours mensongers du Rwanda sur un prétendu génocide en cours et d’autres fausses allégations, le Président de la République a échangé avec le président du Conseil européen sur la nécessité des sanctions pour arriver au respect strict de la feuille de route », a écrit le ministre de la Communication et Médias sur ses réseaux sociaux.

En effet, la Feuille de route de Luanda exigeait un cessez-le-feu et le retrait immédiat des terroristes du M23, supplétifs des Forces armées rwandaises (RDF), de toutes les zones qu’ils occupent sur le sol congolais, du 25 novembre 2022 au 15 janvier de l’année courante.

Mais malgré la pression tant régionale qu’internationale, ces terroristes ont toujours feint de se mouvoir. En réalité, ils se redéploient d’une certaine manière dans ces localités desquelles ils sont censés se retirer. Et pire encore, ils sont auteurs de massacres, tel que celui de Kishishe, et des nombreuses atrocités qui incitent les déplacements des milliers des civils.

Participant successivement à deux importantes réunions de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC ) et du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, vendredi dernier à Addis-Abeba, Félix Tshisekedi a confié que les parties prenantes à ces assises ont reconnu la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans l’Est de la RDC suite au refus du M23 de quitter les territoires congolais qu’il occupe illégalement.

Le Président de la République s’est également entretenu, en marge de sommet, avec le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies sur l’agression rwandaise, précise le ministre Patrick Muyaya.

Politico.cd

Partager:

Voir aussi

kasaï:une visite de haut niveau effectué par le commissaire provincial sylvano kasongo, à kamonia

Le commissaire provincial de la police nationale congolaise , en province de kasaï, le général …