Breaking News

Monde : Voici le nombre de Bics cristal vendus depuis sa création en 1959

Plus de 100 milliards d’exemplaires, c’est le nombre de Bics cristal vendus depuis sa création en 1950. C’est le stylo à bille le plus utilisé dans le monde, et malgré son apparence assez simple, il faut compter plus de 10 jours de travail pour en produire un seul selon le site explore Media.

Comment on fabrique ce stylo emblématique ?

Un cristal est composé de 8 éléments et tous ces composants sont conçus intégralement dans une usine située en Île-de-France, d’une superficie de 28000 m². En moyenne 2,500000 de stylos cristal y sont produits chaque jour.

Dans le premier atelier de l’usine, on conçoit la bille du stylo. C’est la partie la plus complexe à fabriquer, elle nécessite à elle seule 9 jours de travail. Pour l’obtenir, on utilise de la poudre de carbure de tungstène. Cette matière, elle est d’abord compressée afin d’obtenir une ébauche de bille que l’on appelle Pelé.

Ces pelés sont ensuite chauffés puis polies pour leur donner une résistance proche de celle du diamant, ainsi qu’une forme sphérique. Pour les stylos BIC cristal, les billes font un millimètre de diamètre, ce qui équivaut à peu près à la taille d’un grain de sable.
Une fois la bille terminé, il faut fabriquer le support de pointe et la pointe. Ces deux (2) composants sont obtenus en frappant et en découpant un fil de laiton. Le tout est monté ensemble et la bille est sertie sur la pointe.

À ce stade de production, il faut impérativement vérifier l’efficacité des pointes sur du papier. Un test d’écriture est alors fait sur 50 M pour s’assurer de la régularité du trait. Maintenant, on peut passer à la confection de l’encre et là aussi la recette est confidentielle. Le but ici est d’obtenir une encre aussi visqueuse que du miel. En 24h, l’usine peut en produire en moyenne 2,5 tonnes.

Cette préparation est testée à différents moments pour vérifier son taux d’humidité, son niveau de PH et sa viscosité. Cette encre est ensuite injectée à l’intérieur d’une cartouche en plastique, celle d’un cristal peut en contenir environ 40 centigrammes. Cela peut paraître ridicule, mais cet infime quantité permet d’écrire en moyenne jusqu’à 3 km. Cette machine va également assembler la cartouche à la pointe du stylo.

Désormais, il est temps d’habiller notre stylo. La matière plastique est acheminée depuis des silos grâce à ce réseau de tuyaux, l’ong de 6 km. Elle est asséchée avant d’être envoyée dans des presses à injection. À l’intérieur, elle va être chauffée à environ 200°, puis pressée pendant une dizaine de secondes. Cette technique permet de produire les capuchons, les corps et les bouchons.

À noter que, les dernières pièces du stylo sont ensuite assemblées les unes aux autres et conditionnées. Cette logique de production ? Eh bien, elle s’applique aussi aux stylos 4 couleurs, mais les machines utilisées pour cette gamme sont gardées secrètes. Si les techniques de fabrication du cristal ont évolué avec les progrès de l’industrie, le stylo en lui même n’a que très peu changé lorsqu’il l’a conçu en 1950, Marcel Dicke a trouvé la formule parfaite entre la bille et la cartouche d’encre.

Partager:

Voir aussi

RDC/Religion : Une statue érigée devant le palais du peuple pour immortaliser Simon Kimbangu

Ce 06 Avril 2024 , la population congolaise a célébrée le tout premier anniversaire de …