Breaking News

RDC: Arrêté, un belge suspecté de préparer un coup d’État en complicité avec John Numbi

L’homme d’affaires belge Thierry Lakhanisk, un spécialiste des gros hélicoptères de transport, est suspecté d’être lié à un projet d’un potentiel coup d’État contre la République démocratique du Congo (RDC), rapporte ce mardi 7 mars, la Radio-télévision belge (RTBF). Les enquêteurs de ce média belge se penchent principalement sur des faits datant de l’été 2021. Parmi les activités suspectes figurent celles liées à des velléités de putsch en RDC.

Le général déserteur John Numbi complice

En effet, les termes du mandat d’arrêt décerné le 14 septembre à l’égard de ce dernier et d’autres suspects font état « des contacts et des liens qu’ils paraissent entretenir avec l’ex-général Numbi, dans ce qui pourrait être un projet lié à un potentiel coup d’État organisé par ledit général, proche du clan Kabila, au Katanga », révèle la RTBF.

Les premières lignes du mandat mentionnent également des « démarches entreprises pour obtenir des cartes d’état-major du Congo, de la Zambie et du Zimbabwe à l’échelle 1 : 25 000 ».

Aujourd’hui, Thierry Lakhanisky se défend par la voix de son avocat Emmanuel De Wagter. Celui-ci avance qu’ « il ne s’agissait pas d’armer des rebelles mais bien de sécuriser un référendum d’initiative populaire au sujet de l’indépendance du Katanga ». Le dossier judiciaire belge mentionne, par ailleurs, des informations à propos d’un projet de coup d’État dans la région minière du Katanga plus précisément. En effet, le Katanga, une région située au sud de la RDC, est riche en minerais comme le cuivre et le cobalt.

Une sécession soutenue par un groupe belge

Or des mouvements séparatistes militent de longue date, parfois avec les armes, pour l’indépendance de cette partie du Congo. En 1960, le Katanga avait fait sécession, appuyé notamment par le groupe belge « Union minière du Haut Katanga », provoquant ainsi une guerre civile. Les indépendantistes bénéficiaient à l’époque du soutien de la Belgique qui possède au Katanga d’importants intérêts économiques et stratégiques.

Originaire de la région, John Numbi a, par le passé, occupé les fonctions de chef de la police et de l’inspection générale des forces armées congolaises. Recherché par la justice congolaise, L’ex-général est suspecté d’avoir joué un rôle dans l’assassinat d’un défenseur des droits humains et de son chauffeur en 2010. Les présentes autorités congolaises veulent aussi l’entendre à propos des charges de « détention illégale d’armes et munitions de guerre, association des malfaiteurs, désertion à l’étranger et violation des consignes ».

Dans un contexte géopolitique singulier

Par conséquent, la situation généralement instable au sud et à l’est de la RDC, la proximité des prochaines élections prévues en fin d’année, l’histoire du Katanga et de ses liens avec la Belgique, ainsi que la personnalité de John Numbi inscrivent le dossier dans un contexte géopolitique particulier. Les enquêteurs sont allés fouiller jusque dans des bureaux de la Défense, rappelle le média belge, afin de mieux cerner les agissements de l’accusé et des autres suspects.

Une taupe des services des renseignements

Aussi, est-il mentionné que Thierry Lakhanisky était une taupe des services des renseignements, notamment le Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS), le service belge de renseignement militaire. D’après la RTBF, ce dernier était, depuis « plus de 20 ans », une source rémunérée en échange d’informations. Selon deux interlocuteurs rencontrés séparément par ce média belge, au début des années 2000, Thierry Lakhanisky est intervenu via sa société « Skytech » auprès des forces régulières en RDC.

Par exemple, l’homme d’affaires a endossé un rôle de conseiller pour la force aérienne congolaise, à une époque où John Numbi était officiellement en poste. La RDC souhaitait alors remettre en ordre les hélicoptères russes MI-26 en sa possession. Plus récemment, Thierry Lakhanisky aurait entretenu des liens avec John Numbi, désormais ex-général, dans un tout autre contexte d’une tentative de coup d’État au Katanga. C’est ce que soupçonnent les enquêteurs.

Commerce d’armes de guerre

Il sied d’indiquer que l’homme d’affaires était arrêté pour son implication supposée dans le commerce d’armes de guerre, le 13 septembre 2022. La RTBF révélait alors les suspicions de la justice quant au rôle joué par cet entrepreneur de Lasne dans l’acheminement de matériel militaire vers des pays frappés d’embargo en Afrique et au Moyen-Orient.

L’on rappelle également que les recherches de la justice belge ne se limitent pas aux interventions au Katanga. Les enquêteurs s’intéressent aussi beaucoup à des ventes de matériel militaire à des pays sous embargo, comme la Lybie. Les recherches de la justice belge ne se limitent pas aux interventions au Katanga.

Politico.cd via Okactu.com

Partager:

Voir aussi

Nord – Kivu : La nouvelle vision alerte sur l’insécurité grandissante mêlée au conflit coutumier en territoire de Nyiragongo

Nous ne voulons pas des astuces mauvaises après le départ du Grand père KAKOTI, certains …