Breaking News

Pourquoi le président rwandais Kagame a limogé des hauts gradés de l’armée

Le président rwandais Paul Kagame a limogé plus de 200 soldats, dont des officiers supérieurs, au lendemain du remplacement du ministre de la Défense et du chef d’état-major des Armées.

Le général de division Aloys Muganga et le général de brigade Francis Mutiganda font partie des 16 officiers qui ont été démis de leurs fonctions.

228 autres soldats d’autres grades ont également été mis à la porte.

Cette mesure intervient un jour après que M. Kagame a procédé à un remaniement des hauts gradés de l’armée, en limogeant simultanément le ministre de la défense et le chef de l’armée et en annonçant leurs remplaçants, ce qui n’est pas courant au Rwanda.

Les changements notables
Alfred Murasira, en poste depuis 2018, a été remplacé mardi à la Défense par Juvenal Marizamunda. Le président a aussi choisi comme nouveau chef d’état-major le général Mubarakh Muganga et comme nouveau chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Vincent Nyakarundi.

Le général Muganga est diplômé de l’US War College et a été commandant des forces de réserve de 2018 à 2019.

Le général Muganga commandait les forces mécanisées depuis 2019.

Le général Mutiganda était chef de la sécurité extérieure au sein des Services nationaux de renseignement et de sécurité (Niss) jusqu’en 2018, date à laquelle M. Kagame l’a redéployé au quartier général des FDR à un poste non spécifié.

« Une chose normale », selon Kagame
Dans le passé, le président Kagame a déjà procédé à des limogeages de responsables militaires, condamnés pour insurrection ou partis en exil.

Lors de la prestation de serment du nouveau ministre de la Défense et d’autres responsables, Paul Kagame a décrit mercredi les changements opérés comme « une chose normale ».

« L’objectif reste le même… la seule nouveauté est qu’une personne est déplacée d’un poste à un autre », a ajouté le président dans un bref discours. « Le travail doit être fait de manière compétente… et doit être fait avec une compréhension de la gravité de ces responsabilités », a-t-il précisé selon une dépêche de l’AFP.

Cette nouvelle purge survient après des affirmations fin mai de l’armée de la République démocratique du Congo (RDC) contre l’armée rwandaise et la rébellion du M23, les accusant de planifier une attaque contre la ville de Goma dans l’est de la RDC.

Le M23 (« Mouvement du 23 mars ») est une ancienne rébellion majoritairement tutsi qui a repris les armes en fin d’année dernière et conquis de larges portions d’un territoire du nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Les changements à la tête de l’armée rwandaise interviennent à un moment de tension accrue entre le Rwanda et la République démocratique du Congo voisine, chaque partie accusant l’autre de travailler avec des rebelles dans le but de destabiliser l’autre.

Partager:

Voir aussi

BENI : Un chef terroriste MTM, aux côtés de ses 4 gardes du corps Neutralisé par les FARDC

Ces Cinq Djihadistes sont tombés sur le sol Congolais la journée du vendredi 5 avril …