Breaking News

RDC-M23: face aux nouvelles preuves révélées par les experts de l’ONU, Kinshasa exhorte la communauté internationale à infliger des sanctions contre Kigali

À la suite du récent rapport des experts des Nations-Unies sur la situation sécuritaire à l’Est de la République Démocratique du Congo, Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement a appelé une nouvelle fois la communauté internationale à infliger des sanctions contre Kigali (Rwanda) qui est à la base de l’instabilité dans la région des Grands Lacs.

Dans ce rapport publié mi-juin, les experts de l’ONU ont présenté de nouvelles preuves du soutien actif du régime de Paul Kagame au mouvement du M23 dans l’est de la République Démocratique du Congo.

« Il y a un rapport qui est sorti récemment des experts des Nations-Unies qui a pointé du doigt le commandement militaire et établi des viols à répétition, des viols en masse, des noms ont été cités nous attendons notamment du Président Emmanuel Macron, des États-Unis d’Amérique et des autres pays occidentaux qui avaient promis des sanctions parce qu’ici nous voulons mettre fin à la récurrence du cycle des violences dans l’est depuis une vingtaine d’années. Il faut que la justice sevisse et nous pensons que le moment est arrivé pour que ceux qui perturbent le processus de paix en cours puissent être sanctionnés », a plaidé Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement invité du JT Afrique sur TV5 dimanche 25 juin 2023.

En date du lundi 19 juin, le groupe d’experts sur le Congo a présenté au Conseil de sécurité son rapport final après une année d’enquête. À la suite des précédents rapports, et notamment le rapport intermédiaire de décembre 2023, les experts des Nations-Unies ont affirmé avoir collecté des éléments supplémentaires sur l’implication de l’armée aux côtés des rebelles du M23 au Nord-Kivu. Ces experts apportent quelques illustrations. Ils expliquent par exemple que « malgré la remise symbolique par le M23 à la force régionale de l’EAC de Kibumba et de Rumangabo respectivement le 23 décembre 2022 et le 5 janvier 2023, les chefs et les combattants du M23 sont restés présents et opérationnels dans ces positions et dans les zones environnantes ». De plus, d’autres combattants des zones désengagées ont été redéployés dans d’autres régions.

Le M23 maintient toujours le contrôle des zones prétendument cédées aux troupes de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est. Ce nouveau rapport vient confirmer la version déjà soutenue par les populations locales, la société civile et le gouvernement congolais.

La situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC demeure préoccupante. La force régionale EACRF, créée en 2022 pour arrêter l’avancée du groupe armé M23, a récupéré, depuis décembre, certains des bastions de la rébellion. Mais, sur le terrain, les rebelles sont toujours là. Depuis lors, la force régionale a régulièrement affirmé avoir remplacé les rebelles dans cette zone. La situation est telle que les initiatives diplomatiques régionales à travers l’EAC peinent à donner des résultats sur terrain. Ainsi Kinshasa s’est résolu de se tourner vers la SADC. Le dernier sommet tenu en Namibie, a validé l’envoie dans les prochains jours des troupes de la SADC à l’Est de la RDC.

Actualite.cd via okactu.com

Partager:

Voir aussi

alerte: À retenir de la Situation Sécuritaire Sur Le Tronçon Kalungu – Numbi

Un ménage a été visité dans le village de Kalungu sur avenue Mulungulirwa dans la …