Breaking News

Bon à savoir: 09 conséquences négatives du divorce sur la vie des enfants

Certains conjoints qui semblent incapables de s’entendre se disent qu’il vaut mieux que leurs enfants aient des parents divorcés que des parents qui se déchirent. Mais que montrent les faits ?

Le divorce est la phase la plus difficile de la vie d’un couple marié. En tant qu’adultes, ils pourraient éventuellement surmonter cette période difficile, mais les enfants deviennent un blessé collatéral. Leurs esprits sont tendres et peuvent tomber dans un état de choc en voyant les parents se séparer pour toujours. Les effets indésirables du divorce peuvent être de manière instantanée et s’étaler sur une longue période chez les enfants. Découvrez-en quelques unes dans cet article.

L’anxiété
La séparation peut provoquer rapidement de l’anxiété chez les enfants, particulièrement chez les plus jeunes qui sont très dépendants des parents. Les petits sont de vraies éponges qui absorbent tous les sentiments négatifs observés dans leur entourage. Si les parents sont anxieux à l’occasion du divorce, les petits le seront aussi. À vous de les rassurer, et de vous montrer serein. Laissez vos problèmes de côté lorsque vous êtes avec eux, pour éviter de leur faire ressentir vos propres angoisses.

Le stress constant
De nombreux enfants se considèrent à tort comme la raison du divorce de leurs parents et assument la responsabilité de réparer leur relation. Cela peut conduire à un stress et à une pression considérable sur le jeune esprit, ce qui peut avoir plusieurs répercussions, comme des pensées négatives et des cauchemars.

La désillusion
Lorsque les parents se séparent, la désillusion est un sentiment souvent ressenti. Les enfants idéalisent en effet la relation entre leurs parents et peuvent se sentir totalement désemparés quand ces derniers décident de divorcer. Cela remet en question leur schéma familial et toutes leurs habitudes au quotidien. La désillusion est encore plus forte lorsque les parents se déchirent et sont en conflit. L’idéal dans cette situation est de bien préserver votre enfant, en évitant les querelles devant lui. Faites votre maximum pour maintenir un climat apaisé en sa présence, pour lui montrer que le divorce peut aussi se dérouler dans de bonnes conditions.

Les sautes d’humeur et l’irritabilité
Les jeunes enfants peuvent souffrir de sautes d’humeur et devenir irritables même lorsqu’ils interagissent avec des personnes familières. Certains enfants iront en mode de retrait, où ils cesseront de parler à quiconque et s’enfermeront. L’enfant deviendra silencieux et préférera passer du temps seul.
Les enfants des couples divorcés peuvent se sentir désespérés et désillusionnés parce qu’ils ne bénéficient pas du soutien émotionnel complet de leurs parents. Cette situation peut s’aggraver si l’enfant est pris en charge par un parent célibataire n’ayant pas contact avec l’autre parent.

Un sentiment d’abandon
Après le divorce, l’un des deux parents quitte le foyer : une nouvelle situation difficile à accepter pour l’enfant. Ce départ est souvent perçu comme un abandon. Le petit doit alors apprendre à vivre loin de son père ou de sa mère, et à ne plus partager les moments du quotidien. C’est à vous de le rassurer à ce niveau, et de bien lui expliquer qu’il continuera à voir ses deux parents. Expliquez-lui que la personne de votre couple qui part sera toujours là pour lui malgré le divorce.

Plus de risques de tomber malade
Lors d’un divorce, les enfants souffrent moralement, mais leur santé peut aussi se retrouver mise à mal. Une étude réalisée aux États-Unis à l’université Carnegie Mellon met en évidence que les enfants de divorcés sont susceptibles de tomber malades plus souvent. Les expériences stressantes et angoissantes peuvent en effet avoir des conséquences néfastes sur la physiologie et sur les processus inflammatoires. En appliquant tous nos conseils évoqués plus haut, vous pourrez éviter à votre petit un stress trop important.

Le développement des troubles comportementaux et sociaux
Sur le long terme, le divorce peut être à l’origine de comportements violents et/ou turbulents de la part de l’enfant, ou d’une tendance à la rébellion. Ces troubles surviennent fréquemment lorsque le divorce a été une source de conflits et d’hostilités, avec l’enfant pris en otage au milieu. Il faut prendre le problème à la source, et faire en sorte que votre séparation se déroule dans les meilleures conditions. Gérez vos histoires entre adultes. Restez présent pour votre fils ou votre fille, et n’hésitez pas à lui proposer des rendez-vous avec un psychologue s’il ou elle a besoin de s’exprimer à ce sujet auprès d’une personne extérieure.

La dépression
Il est fréquent que cette situation rende les enfants tristes, et que ces derniers aient la sensation que plus rien ne va dans leur vie. Mais si la tristesse s’installe de manière durable, elle peut se transformer en véritable dépression. Malgré la séparation, il est essentiel de rester attentif à tous les symptômes (sautes d’humeur, stress, angoisse, perte d’appétit, fatigue intense…) pour agir au plus vite. Faites accompagner votre fils ou votre fille par un psychologue qui l’aidera à faire le tri dans toutes ses émotions, et à mieux accepter la situation.

L’échec scolaire
Au cœur de cette situation conflictuelle, l’élève peut avoir du mal à se concentrer à l’école, et finir par se désintéresser de ses cours. Travailler à la maison et faire ses devoirs peuvent aussi se révéler compliqués lorsque les parents se querellent.

Partager:

Voir aussi

Nord Kivu: Interdiction de port d’arme en pleine ville de GOMA, cette mesure du gouverneur saluée par maître Ashuza Nabugore Aron

Une semaine seulement après la prise de cette décision intérdissant le port d’arme en feu …