Breaking News

Symposium écologique: les relations entre le Brésil, la France et la RD Congo sur le bilan, enjeu et perspectives économiques (interview)

Avec Prince NYAKASHA et Espoir BULANGALIZA

Le Symposium écologique sur les relations entre la RD Congo, la France et le Brésil c’est une opportunité à laquelle nous Ambassadeurs, militants, activistes et défenseurs de l’environnement, nous allons nous soutenir et réfléchir sur certaines questions auxquelles on peut se réunir pour trouver une coopération entre bassins.

L’initiative venue après le sommet tenu à Brazzaville. Comment rester en relations, réfléchir sur les opportunités d’échanges avec les plus grands bassins d’AMAZONI , au Brazil.

Le Réseau des journalistes œuvrant pour la sécurité alimentaire a trouvé important d’informer les actions qui seront menées par le réseau espace climat dans ce symposium.

Pourquoi le changement climatique est un défi auquel l’humanité fait face?

R/ Le changement climatique c’est une circonstance inattendue, c’est quelque chose que l’humanité ne parvient pas à trouver solution. Personne ne maitrise le changement climatique.

La mise en œuvre des solutions de lutte contre le changement climatique c’est entre les mains de communautés. C’est pourquoi l’activité va tourner autour des communautés des aires protégées.

Q. Organisation du symposium

Pourquoi seulement la ville de Bukavu? Quels sont les intervenants, d’où viendront- ils?

R/ L’activité est un événement hybride, c.-à-d. à caractère international, mais focalisée au niveau local. Nous allons valoriser ce que nous avons. On prend l’idée au niveau local avec l’ampleur internationale. Et la radio sera le moyen par lequel la communauté sera informée de cette activité.

La RDC fait partie du patrimoine mondial, avec sa biodiversité, ses écosystèmes…

raison pour laquelle nous avons eu l’idée de commencer cette activité ici en RDC.

Cette activité est une opportunité pour la communauté locale à venir connaitre qu’est

-ce que le changement climatique quelle est l’importance de nouer des relations non

seulement entre les Etats, mais aussi les grandes Organisations multinationales

qu’internationales.

Cet événement sera une occasion de réfléchir ensemble avec nos amis du Brésil,

essayer de voir à quel niveau et à quel moment et sur quoi nous pouvons nous

appuyer pour apporter des solutions au niveau des communautés. Nous devons

nous actives après cette activité à commencer à mettre en œuvrant certaines

résolutions qui peuvent sortir de cette activité. Ce sont les orientations qui nous

pousseront d’aller à l’action et retrouver des mesures adaptées et appropriées à la lutte contre le changement climatique en milieu autochtone.

Q/ Quelles sont les dispositions prises pour impliquer le gouvernement ?

R/Oui, elles ont reçu les invitations pour participer à ce symposium et les députés provinciaux sont sensibilisés sur cette question, pour que dans leur mandat ils impliquent la question environnementale. Les Organisations œuvrant dans ce secteur sont aussi impliquées.

Il y a les liens entre ces 3 bassins. Quand on parle des questions de l’environnement et du changement climatique on doit prendre cette terre comme un patrimoine mondial. L’arbre planté dans ta parcelle, n’est pas pour toi, mais pour l’humanité. C’est une question qui se discute au niveau mondial et non provincial, national ou régional. Ça veut dire que la forêt qu’on peut avoir protégé au niveau de Kahuzi Biega a une conséquence positive sur la santé et la vie des communautés qui sont dans I’AMAZONIE, en Amérique, en Bornéo. Partout sur cette planète terre étant donné que la question est internationale et que les effets nous touchent tous, on est obligé de coopérer sur cette question de changement climatique et qu’on arrive plus aujourd’hui à dire que c’est une question de tel pays ça ne nous concerne pas. C’est toute l’humanité qui ampantis si on décentralisait la question de changement climatique. Et c’est le pourquoi ce symposium de 3 bassins. Ces trois bassins sont en parfait équilibre. Et le déséquilibre entre ces trois bassins aura des conséquences sur l’humanité toute entière.

Q/ En quoi les forêts sont sources de résilience planétaire entre les peuples ?

R/L’équilibre au niveau de l’écosystème forestier n’est pas à l’avantage d’un seul individu ni d’une seule communauté mais plusieurs peuples.

La foret joue un rôle de stabilisateur et du climat et influe beaucoup positivement sur la santé de l’homme sur la terre. Et la résilience de la forêt, que la forêt apporte à la vie de peuple et à l’humanité entre les peuples c’est ce pouvoir que la forêt a sur nous, sur l’air qu’il nous rend plus stable, plus propre, plus saines à la vie, et cela pour tous, et par conséquent, faire disparaitre une forêt c’est diviser le peuple, le rendre vulnérable, qu’il menacera un autre qui se sentirai peut être équilibré.

Nous avons l’intérêt de laisser la forêt nous aider et créer cet équilibre entre les communautés. La forêt nous donne de l’oxygène, ça fait partie des défis auxquels l’humanité fait face

Les surprises de cet événement sont la mobilisation, l’engagement communautaire et gouvernemental, chorégraphie écologique…

Q/ libre mouvement des espèces fauniques est-il important?

R/Quand on voit la faune, on voit également la flore. Ici nous parlons de l’équilibre entre l’homme et flore; ça veut dire quelles relations l’homme entretient-il avec les animaux ?

Il nous est demandé de protéger les animaux et leur permettre la liberté de circuler, en luttant contre le braconnage pour ne pas faire disparaitre cet écosystème que Dieu nous a doté.

Prince et Espoir recommandent aux communautés la prise de conscience et de lutter dès maintenant contre le changement climatique.

Rédaction de la RCB 96.0Mhz

Partager:

Voir aussi

IRUMU : Une embuscade tendue par les rebelles ADF fait un mort et un blessé grave à MACHONGANI

Un taximan avec son client militaire à bord d’une moto sont tombés dans une embuscade …