Breaking News

Sud-Kivu :Érosion, Éboulements et glissements de terres à Kalehe, Ir Antoine Ziragwira pointe les habitants de ce territoire

Depuis un certain temps presque dans tout kalehe, des érosions, éboulements, glissements de terres surtout pendant les périodes pluvieuses, les eaux de ruissellement qui jaillissent des rivières apportent tout à leur passage.

Pour l’ingénieur Antoine Ziragwira ,seuls les les habitants de Kalehe sont à la base des méfaits qu’ils vivent.

«Nous sommes entrain de constater que la nature est en colère contre les activités humaines ayant fragilisés les écosystèmes.
La solution à tous ces dégâts environnementaux sera le reboisement et le rétablissement des forêts qui existaient jadis, car les forêts sont une barrière contre les érosions, les glissements de terrain et les avalanches. Les racines des arbres donnent au sol la structure nécessaire pour absorber et retenir l’eau quand il pleut, évitant aussi les inondations qui emportent le sol fertile dont nous avons besoin pour notre substance.

Plus la forêt est ancienne, plus elle est efficace pour éliminer l’excès de CO2 produit par l’homme. Elle en stocke une partie et utilise le reste à la pousse de branches saines, à la maturation de fruits nutritifs tels que les noix et même à la création de jolis paysages qui nourrissent l’âme. Raser une forêt, c’est exposer le sol aux caprices des saisons.» décalare l’ingénieur Antoine Ziragwira

Et de poursuivre

«Chaque fois que nous abattons une forêt, nous émettons automatiquement des tonnes de CO2. Nous mettons à nu des terres sur lesquelles poussaient des forêts anciennes qui stockaient du Carbonne depuis des millions d’années. Pour chaque forêt disparue, nous perdons la barrière la plus importante pour lutter contre le réchauffement climatique.

Si rien n’est fait dans l’urgence, nous allons assister à des multiples conséquences incalculables et fâcheuses.
Le haut plateau de kalehe qui prolonge le mont Mitumba était constitué d’une forêt dense de la bambousaie et d’autres essences forestières, donc c’était un écosystème forestier riche en biodiversité.

Ce pendant à cause des activités humaines dont l’agriculture et l’élevage,et la carbonisation, ces forêts ont disparu complétement. ce qui cause des dégâts dans le bas et moyen plateau, étant donné que plusieurs grands cours d’eau ont des sources dans le haut plateau.
Les forêts du haut plateau servaient une barrière naturelle contre les risques environnementaux qui devraient surgir» conclut-il.

En outre ce leader d’opinion a fait des propositions qui, en dehors du reboisement et le rétablissement des forêts, pourront servir à remédier effectivement contre ces catastrophes.

_ Tous les sommets des montagnes soient couvert des forêts. Un moyen à long terme, mais qui va résoudre le problème d’une façon efficace;

-La pratique agrosylvico pastorale, et l’agro écologie;

-La limitation de la consommation de l’énergie non renouvelable;

-Le respect du rythme de la nature et l’exploitation durable des ressources naturelles.

Il sied de signaler qu’à cet effet, l’ingénieur Antoine ZIRAGWIRA appelle toutes les parties prenantes à être impliquées notamment les autorités, les associations locales, les organisations nationales et internationales, la population locale, car tous sont contrés de protéger l’environnement.

Bertin BYAMUNGU

Partager:

Voir aussi

IRUMU : Une embuscade tendue par les rebelles ADF fait un mort et un blessé grave à MACHONGANI

Un taximan avec son client militaire à bord d’une moto sont tombés dans une embuscade …