Breaking News

Bien être: voici certaines pratiques pour améliorer son cerveau

Pour les 20 ans de « Cerveau et psycho », on se demande comment bien stimuler notre cerveau.

Que se passe-t-il là-haut dans notre tête, dans notre cerveau ? Depuis 20 ans, jamais les sciences ne s’étaient autant intéressées à cette partie de notre corps et à notre esprit.

Peut-on faire travailler notre cerveau ? Avons-nous les moyens, par exemple, d’augmenter notre concentration ?
Sommes-nous capables de réguler nos émotions, de libérer notre créativité ou encore d’affûter notre esprit critique ? Nos experts vous donnent des clefs pour améliorer les capacités de votre cerveau.

D’autant que les capacités à explorer, à faire travailler notre cerveau sont infinies et doivent elles-mêmes être conditionnées par une exploration infinie. Dans cette émission, vous comprendrez combien le cerveau a la grande capacité de se remodeler indéfiniment et qu’il est possible de le travailler tous les jours, à tous moments de la journée.

Sébastien Bollaert propose un dossier très complet dans le dernier numéro de Cerveau et Psycho « 10 clés pour améliorer son cerveau », un numéro spécial à l’occasion des 20 ans de la revue, témoin surtout de 20 ans d’avancées en neurosciences.

Le cerveau est un muscle qu’on peut entraîner tous les jours

Grâce notamment au phénomène de la plasticité cérébrale. L’idée que quand deux neurones sont actifs ensemble, ils renforcent automatiquement leurs connexions. Il suffit de répéter un certain nombre de fois le même geste, le même exercice de réflexion, comme développer de nouvelles compétences professionnelles, pour que cela active un certain nombre de circuits neuronaux pour gagner en connexions cérébrales et ainsi stimuler notre cerveau !

Entretenir une bonne hygiène alimentaire

Il est possible de stimuler son cerveau en prenant soin de son alimentation. Le psychiatre Guillaume Fond rappelle que le cerveau et l’alimentation interagissent ensemble. Il se base sur des études qui ont été réalisées il y a cinq ans, et qui lient le régime alimentaire, le mode d’alimentation avec les capacités de performance du cerveau.

Attention au trop-plein de sucre et à la gourmandise émotionnelle

L’alimentation va influencer notre propension à ressentir des émotions positives ou négatives. Il faut essayer d’éviter les compulsions alimentaires sur le sucre en particulier en fin de journée : « Si le cerveau est en état d’inflammation liée à une alimentation très riche en sucres rapides ou en graisses saturées, le cerveau va être plus facilement perturbable. On va être plus irritable puisque le sucre crée une hypoglycémie réactionnelle. Les aliments non-nutritifs engendrent une espèce de brouillard cérébral qui envoie moins d’énergie ».

Ne rien faire d’autre que manger au moment du repas

Beaucoup de personnes ont des problèmes de comportement alimentaire parce qu’ils n’apportent pas suffisamment d’attention à leur repas lorsqu’ils sont en train de manger : « Typiquement, quand on mange devant la télévision ou quand on travaille en même temps, il y a une déconnexion qui se fait entre l’absorption des aliments et la réalité. Il ne faut rien faire d’autres que de manger, d’apporter toute son attention sur les sensations, la mastication, les goûts qui se libèrent progressivement, la sensation de l’aliment qui pénètre dans le corps ».

Quelques conseils nutritionnels

Dans l’idéal aussi, une alimentation qui apporte de préférence tout ce dont le cerveau a besoin pour bien fonctionner. Parmi ces éléments indispensables : « Le Zinc, très important pour stimuler la santé mentale, recommandé dans le traitement de la dépression. Les vitamines pour la synthèse de neurotransmetteurs, comme la vitamine B9 qu’on trouve dans les légumes à feuilles. Surtout, les oméga-3 qui sont des constituants majoritaires, non seulement des neurones, mais aussi des cellules microbiennes qui nourrissent nos neurones. Les personnes qui sont carencées en oméga-3 peuvent rencontrer des problèmes de concentration et de mémoire ».

Travaillez votre créativité !

Sébastien Bohler rappelle également que la créativité cérébrale permet de susciter davantage de stimulations cérébrales. En effet, cultiver sa créativité, c’est la capacité à produire des idées ou des solutions qui sont à la fois nouvelles et originales adaptées à des contraintes pour un problème, contexte donné : « Plus le cerveau va être capable d’imaginer de la nouveauté, plus il va activer d’autres réseaux de neurones dits de contrôle, situés à l’avant du cerveau dans le cortex pré-frontal qui va filtrer les idées pour les adapter à un contexte précis et permettre d’accroître les capacités cérébrales ».

L’expérience de pleine conscience

Dans le dossier de Cerveau et psycho, vous trouverez également des conseils pour améliorer, travailler votre mémoire. Plus vous mettrez vos cinq sens en éveil, mieux vous vous souviendrez d’une information sur le long terme. C’est ce qu’on appelle l’expérience consciente, qui crée un moment où vous allez associer toutes les modalités sensorielles possibles et qui unifie tout un contexte au cours duquel vous aurez capté une information.

La mémoire est une fonction cognitive très contextualisée, souligne Sébastien Bohler et qui fonctionne beaucoup par association : « Un souvenir peut nous revenir parce qu’on aura senti une odeur, parce qu’on aura écouté une musique ou regardé une couleur évocatrice. La mémoire centralise vraiment beaucoup de modalités sensorielles différentes. C’est vraiment un outil qui active une capacité du cerveau qu’on appelle ‘la liaison’. Et plus on arrive à le faire, plus cette même fonction mémorielle va pouvoir être automatiquement réactivée. Apprendre à mettre en éveil tous ses sens pour capter une information vous sera bénéfique par le futur ».

Des maths et du sport : une addition bénéfique

Il existe aujourd’hui tout un consensus scientifique qui admet que le sport améliore la concentration, la mémoire et la gestion du stress. Le sport a toujours présenté un impact positif sur les capacités cognitives. D’ailleurs, la psychologue Anaïs Roux donne un petit conseil supplémentaire au passage pour rendre encore plus efficaces vos pratiques sportives : « Essayez de compter ou de calculer quelque chose en même temps que votre exercice physique, cela aura l’avantage de stimuler davantage votre activité cognitive. Essayez de faire les deux en même temps. Par exemple, les jeux de sport sur la Wii sont extrêmement bénéfiques ».

Partager:

Voir aussi

Bukavu : le CICR crée un pôle de formation chirurgicale à l’HPGRB

Bukavu : le CICR crée un pôle de formation chirurgicale à l'HPGRB