Breaking News

Zambie : le président de la Banque mondiale se dit inquiet de « l’impasse » de la restructuration de la dette

La Zambie a officiellement demandé une restructuration de sa dette, en février 2021. Mais les négociations ont depuis traîné en longueur, en raison de l’attachement de la Chine à inclure les institutions financières multilatérales dans ce processus.

Le président sortant de la Banque mondiale, David Malpass, s’est dit, mardi 21 mars, inquiet de « l’impasse » dans laquelle se trouve le processus de restructuration de la dette de la Zambie.

« Je reste très inquiet de l’impasse en Zambie, qui cherche à parvenir à un accord avec ses créanciers depuis deux ans. Des options ont été présentées aux créanciers bilatéraux mi-janvier, mais aucun accord n’a pu être signé », a-t-il souligné dans un article de blog.

M.Malpass a également indiqué aux créanciers de la Zambie de parvenir rapidement à un accord sur l’allègement de la dette de ce pays sur la base des options prévues par le Cadre commun du G20 et le Club de Paris.

« Le gouvernement zambien a pris de nombreuses mesures décisives. Les créanciers internationaux doivent maintenant fournir rapidement un allègement de la dette pour que le Fonds monétaire international (FMI) puisse débloquer son programme d’aide en faveur du pays », a-t-il indiqué.

La Zambie avait demandé, en février 2021, une restructuration de sa dette d’environ 13 milliards de dollars dans le cadre de l’initiative proposée par le G20 aux pays les plus pauvres après avoir fait défaut sur le remboursement de ses eurobonds.

Principal créancier de la Zambie avec une enveloppe globale de 6 milliards de dollars, la Chine a accepté en 2022 de coprésider un comité de créanciers officiels de ce pays d’Afrique australe, qui a été mis sur pied au titre du Cadre commun du G20 sur la restructuration de la dette. Mais les négociations ont patiné, privant la Zambie du décaissement d’un programme d’aide de 1,3 milliard de dollars obtenu auprès du FMI, en raison notamment de l’attachement de Pékin à inclure les institutions financières multilatérales, dont la Banque mondiale, dans les négociations sur la restructuration de la dette du pays.

Lusaka, les Etats-Unis et la Banque mondiale ont rejeté cette demande chinoise qui bouleverse une règle vieille de plusieurs décennies, selon laquelle les institutions financières multilatérales sont exemptées de participation aux processus d’allègement de la dette, en raison de leur statut de bailleurs de fonds de dernier recours et des taux d’intérêt bas qu’elles pratiquent.

La rédaction

Partager:

Voir aussi

Sud-Kivu : L’administrateur assistant de Kalehe en charge de finance et Économie se mobilise pour la mise en service des bateaux offerts par le président congolais Félix Tshisekedi

Sud-Kivu : L'administrateur assistant de Kalehe en charge de finance et Économie se mobilise pour la mise en service des bateaux offerts par le président congolais Félix Tshisekedi