Breaking News

RDC: Peter Kazadi confirme la présence des hommes armés non identifiés dans le Kongo-Central

En Conseil des ministres, le vice-premier ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières, Peter Kazadi a confirmé dans son rapport de l’état et de l’administration du territoire national, la décapitation du chef coutumier, Mona Mikeme Nku, dans le groupement de Mbankana situé dans la commune de Maluku, à l’Est de la ville province de Kinshasa, le mardi 06 juin dernier. Cet acte odieux est attribué aux assaillants Mobondo qui ont également tué son fils et sa belle-fille, moyennant des armes blanches.

L’insécurité dans les provinces de Kwango et Mai-Ndombe dans le Grand Bandundu avec le phénomène « Mobondo » [des hordes de jeunes pour la plupart armés de machettes, le front ceint de bandeaux rouges et entonnant des chants guerriers menaçants], qui a connu sa naissance à Kwamouth est bien réelle. Ce phénomène s’est étendu dans les périphéries de Kinshasa, particulièrement dans la commune de Maluku. Il s’est aussi étendu dans le Kwango ainsi que dans le Kongo Central.

Les « Mobondo » sont des miliciens ayant combattu lors du conflit sanglant entre les communautés Teke et Yaka à Kwamouth, dans la province du Maï-Ndombe. Ils se sont ensuite retranchés à Batshongo au Kwango.

Alors que Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo est au bord de l’embrasement suite à l’extension du conflit interethnique opposant les communautés Teke et Yaka dans les provinces du Kwango et de Mai-Ndombo (Kwamouth), le gouvernement avance la thèse d’une manipulation politicienne dont l’objectif est de fragiliser les institutions étatiques et saboter l’autorité de l’Etat.

Le patron de la Territoriale avait renseigné lors d’un point de presse à Kinshasa que les renseignements à sa disposition indiquent l’implication de certaines personnalités politiques et notabilités qui entretiennent ce conflit, intoxiquent des populations, les incitent à massacrer les autres croyant ainsi fragiliser les institutions de l’État et saboter l’autorité de l’État.

« L’insécurité de l’Est s’étend vers l’ouest avec l’accompagnement des hommes politiques », avait affirmé le chef de la Territoriale.

Récemment, le vice-premier ministre de l’Intérieur a effectué à Kwamouth pour prendre la température de la situation sur place et constater « les progrès » qui ont été réalisés par les services de sécurité.

Dans le même registre sécuritaire, Peter Kazadi a fait état de l’activisme des groupes armés et terroristes dans les provinces de l’Ituri et de Tanganyika et la présence des éléments non encore identifiés dans la province du Kongo-Central, principalement dans le territoire de Lukula.

Politico.cd via okactu.com

Partager:

Voir aussi

SÉCURITÉ DANS L’EST: LE CHEF DE L’ÉTAT A PRÉSIDÉ LA DEUXIÈME RÉUNION DE LA TASK FORCE DU HAUT COMMANDEMENT MILITAIRE

Ce lundi 09 juillet 2024 , au Palais présidentiel de Mont-ngaliema, le Chef de l’État …