Breaking News

Procès Mwangachuchu: La République et Mushamalirwa sollicitent la confrontation des trois commissaires provinciaux de la police au Nord-Kivu

La Haute cour militaire poursuit avec les auditions des renseignants dans l’affaire qui met en cause le député national Édouard Mwangachuchu, accusé de complicité avec la rébellion du M23. Trois commissaires provinciaux de la police nationale au Nord-Kivu ont déjà comparu devant la Haute cour militaire. Il s’agit du commissaire divisionnaire Vital Awashango (2013-2017), du commissaire divisionnaire adjoint Placide Nyembo (2017-2019) et du commissaire divisionnaire adjoint François Xavier Aban Van (2020 jusqu’à nos jours). Dans sa déposition, Vital Awashango reconnaît avoir signé le contrat entre la RDC et la SMB, mais ne connaît pas le responsable de la mine.

« En tous cas, le nom du propriétaire de SMB je ne connais pas. Mwangachuchu, moi je le connais comme un notable du Nord-Kivu, un député qu’on connaît », avait t-il dit.

Placide Nyembo, pour sa part, dit ne pas être responsable de la « sécurisation effective », et que cette tâche revenait au commandant de l’unité de la police des mines, Robert Mushamalirwa.

« Moi je signe sur la liste des 43X2. Mais au niveau d’engagement des unités dans la sécurisation effective, c’est la tâche du commandant qui connaît bien ses éléments et qui les affecte dans les postes qu’il faut pour sécuriser la société. Là ce n’est plus le commissaire provincial qui intervient sur le terrain”, a t-il fait savoir

L’actuel commissaire provincial de la PNC, le Général François Xavier Aban Van, précise avoir continué à faire exécuter un contrat qui existait déjà avant sa nomination.

« Le contrat mettait à la disposition de la société les éléments de la police des mines et hydrocarbures pour sécuriser la société elle-même et le périmètre de la société. J’ai trouvé le détachement avait 86 éléments. J’avais renouvelé ce contrat, un moment il y a eu un problème, mais en principe à chaque fois, il y avait renouvellement. Il n’y a pas eu d’avenant contrat. Moi j’ai trouvé 86 personnes. C’est par après qu’avec les spécialistes qui ont été remplacés de fois une ou deux personnes par rapport à ce qu’il y a eu, des morts, des blessés ou des malades. La formation a été faite avant moi, je ne sais pas comment », a déclaré François Xavier Aban Van.

Au regard des déposition des renseignants, la République soutenue par la partie Mushamalirwa sollicite la confrontation des trois chefs de la police au Nord Kivu.

« Monsieur le président, nous demandons que chacune d’autorité policière au Nord Kivu en son temps amène le contrat qu’il avait signé et nous sollicitons de votre cour la confrontation de tous les trois responsables de la police », déclare les avocats de la République.

La prochaine audience est prévue ce mardi 13 Juin prochain à la prison militaire de Ndolo.

Édouard Mwangachuchu et son co-prévenu sont soupçonnés d’entretenir des liens avec les rebelles du M23. Ils sont poursuivis pour trahison, participation à un mouvement insurrectionnel, espionnage et détention illégale d’armes de guerre. Ces poursuites ont été déclenchées à la suite des découvertes des armes de guerre dans la résidence d’Edouard Mwangachuchu à Kinshasa et aussi dans les locaux de sa société SMB à Masisi au Nord-Kivu

Actualite.cd via okactu.com

Partager:

Voir aussi

Goma : investiture du nouveau Évêque Regional à l’ERC Goma : les fidèles en route

Religion - Goma : l'ERC en route pour l'investiture du nouveau évêque régional !